Entreprises Idf » Santé » AVC : définition, symptômes et causesAVC : définition, symptômes et causes

AVC : définition, symptômes et causes

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le flux sanguin vers le cerveau est interrompu. Quelques minutes après un AVC, les cellules cérébrales commencent à mourir, ce qui peut causer des dommages à long terme.

Qu’est-ce qu’un AVC ?

Un accident vasculaire cérébral survient lorsque le flux sanguin vers une partie du cerveau est interrompu par la présence d’un vaisseau sanguin bloqué ou rompu. Les cellules cérébrales qui ne reçoivent pas un apport constant de sang oxygéné peuvent mourir, causant des dommages permanents au cerveau.

Il existe deux types d’AVC : hémorragiques et ischémiques.

    • Un accident vasculaire cérébral hémorragique survient lorsqu’un vaisseau sanguin du cerveau se rompt ou est endommagé. Cela permet au sang de s’infiltrer dans le cerveau.
    • Un AVC ischémique arrive lorsqu’un vaisseau sanguin qui irrigue le cerveau est obstrué ou restreint. Ce rétrécissement marqué des artères ou de masse de sang épaissie est appelé caillot sanguin.

Artères obstruées. La graisse, le cholestérol et d’autres substances peuvent s’accumuler sur les parois des vaisseaux sanguins. Au fil du temps, ces substances durcissent en structures appelées plaque. L’accumulation de dépôts graisseux et de plaque obstrue les artères, rétrécissant le passage du sang.

Caillots sanguins. Lorsqu’un caillot se forme dans un vaisseau sanguin déjà très fin dans le cerveau, l’AVC est appelé AVC thrombotique. Lorsqu’un caillot sanguin qui s’est formé dans d’autres parties du corps se libère et se déplace vers un vaisseau sanguin dans le cerveau, le résultat est un accident vasculaire cérébral embolique ou une embolie cérébrale.

Un épisode de symptômes ressemblant à un accident vasculaire cérébral est appelé accident ischémique transitoire (AIT) ou mini-AVC. La plupart du temps, il ne cause pas de dommages permanents. Cependant, c’est un signe avant-coureur d’un AVC imminent. Ses symptômes peuvent durer de quelques minutes à 24 heures.

Les symptômes d’un AVC

Lorsqu’un accident vasculaire cérébral survient, une personne peut éprouver des difficultés soudaines avec les fonctions courantes. Les symptômes les plus courants d’un AVC comprennent :

  • confusion ou difficulté à comprendre ;
  • difficulté à parler ;
  • vertiges ou problèmes d’équilibre ou de coordination ;
  • perte de conscience ;
  • problèmes de mouvements ou de marche ;
  • convulsions ;
  • maux de tête sévères sans autre cause connue ;
  • problèmes de vision, tels que la cécité ou la perte de vision dans un ou les deux yeux ;
  • faiblesse ou engourdissement du visage, du bras ou de la jambe, en particulier d’un côté du corps.

Les autres signes moins courants d’un AVC sont les suivants :

  • nausées, vomissements ou fièvre soudains non causés par une maladie virale ;
  • brève perte ou changement de conscience, comme un évanouissement, une confusion, des convulsions ou un coma.

Quelques causes d’AVC

    • La toxicomanie

Il existe une relation entre la consommation de drogues, en particulier de cocaïne et d’amphétamines, et le risque d’accident vasculaire cérébral. Les consommateurs de cocaïne sont deux fois plus susceptibles d’être touchés par un accident vasculaire cérébral. Les utilisateurs d’amphétamines sont jusqu’à cinq fois plus susceptibles. Cette cause touche particulièrement les jeunes adultes.

    • Inactivité physique

L’inactivité physique ou la sédentarité (pendant des périodes prolongées) multiplie par 2,4 la probabilité de subir un AVC. Le manque d’activité sportive affecte la santé du cœur et des vaisseaux sanguins. Diverses pathologies telles que le diabète apparaissent. Tout cela finit par former un ensemble d’éléments et de circonstances pouvant conduire à un accident de ce type.

    • Diabète

Le diabète augmente la probabilité de subir un accident vasculaire cérébral entre 2 et 6 fois celle du reste de la population avec un taux de sucre normal. Les patients atteints de diabète de type 1 sont beaucoup moins susceptibles d’être touchés que ceux atteints de diabète de type 2. Une limitation rigoureuse de la tension artérielle et du taux de cholestérol est nécessaire dans ces cas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*