Entreprises Idf » Non classé » Distributeur automatique : les réglementations le régissantinstaller un distributeur automatique

Distributeur automatique : les réglementations le régissant

Des distributeurs automatiques, on en trouve actuellement un peu partout. Il y en a dans les entreprises, les établissements scolaires, etc. Il y a des distributeurs automatiques de boisson chaude, de confiseries, de snacks, etc. De plus, si vous n’êtes pas encore sûr de la rentabilité du distributeur automatique et souhaitez éviter de dépenser de l’argent pour rien, sachez qu’il y a des entreprises qui en proposent la location. Cela constitue également une option intéressante, puisque, le plus souvent, le contrat de location inclut l’entretien de la machine. Par ailleurs, il est possible de demander un devis auprès des entreprises proposant la vente et la location de distributeur automatique pour être plus fixé sur le sujet. Elles vous renseigneront aussi sur les réglementations qui régissent ces machines. En effet, sachez qu’il y a des produits autorisés et interdits avec les distributeurs automatiques. Découvrez plus de détails sur ce sujet dans cet article.

Distributeur automatique : quelles sont les réglementations ?

Les réglementations régissant tous les types de distributeurs automatique sont les mêmes. Sachez que tous les produits ne sont pas autorisés. Selon l’article L13 du Code des débits de boissons et de mesure de l’alcoolisme, les boissons alcoolisées ne sont pas autorisées dans les appareils automatiques. Depuis l’année 2004, l’installation de distributeur automatique est également interdite dans les établissements scolaires. Ce dispositif a été pris au nom de la lutte contre l’obésité infantile. En effet, ce phénomène est devenu un véritable fléau et touche de plus en plus les enfants entre 6 et 12 ans. Plusieurs raisons peuvent en être la cause, notamment des causes médicales. Toutefois, force est de constater que l’alimentation et la sédentarité en sont les facteurs principaux. La prolifération des food-trucks et des plats préparés n’ont aussi fait qu’aggraver la situation. Quoi qu’il en soit, lorsqu’il s’agit de distribution de boissons en canettes ou en bouteilles, ainsi que de denrées alimentaires, une déclaration préalable doit être effectuée auprès des services locaux des douanes et des services vétérinaires. Dans le cas des appareils automatiques installés dans les lieux publics, la loi exige également qu’ils doivent être accessibles aux personnes handicapées. L’emplacement doit faciliter la circulation d’un fauteuil roulant et les dispositifs de commande doivent être conformes.

Qu’en est-il des règlements sanitaires ?

La mise en place et l’utilisation d’un distributeur automatique sont régies par des règles sanitaires et d’hygiène très rigoureuses. Les parties de l’appareil qui sont en contact direct avec les aliments doivent de ce fait être nettoyées et bien entretenues pour éviter l’apparition des microbes et la présence d’insectes. C’est pour cela qu’elles ont été fabriquées avec des matériaux lisses, lavables, et donc faciles à nettoyer. Les DA de boissons chaudes doivent aussi être équipés d’un dispositif permettant l’emplacement de gobelets individuels propres ainsi que de ceux usagés. Les denrées alimentaires distribuées sont aussi régies par des règles d’hygiène (manipulation, emballage, stockage, etc.).

 

Location ou achat : quelle option est la plus intéressante ?

Vous souhaitez installer un distributeur automatique payant au sein de votre entreprise, mais vous n’êtes pas sûr si vous devez en acheter ou en louer ? D’un point de vue économique, la location semble être une option très intéressante. Cela vous évitera de débourser de l’argent, surtout si vous n’êtes pas encore sûr de la rentabilité de ce projet. En optant pour la location de distributeur automatique, vous n’avez qu’à payer une mensualité dont la somme varie en fonction de la marchandise à distribuer et de la capacité de l’appareil. De plus, la maintenance est généralement incluse dans le contrat. Les appareils sont aussi renouvelés au moins tous les 3 ans. En matière de location, deux possibilités s’offrent à vous : celle de gérer vous-même le DA ou de le confier à un prestataire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*