Entreprises Idf » Santé » Grossesse extra-utérine : causes, symptômes et préventionGrossesse extra-utérine: causes, symptômes, traitement

Grossesse extra-utérine : causes, symptômes et prévention

La grossesse est censée être un événement heureux pour une femme et son partenaire. En effet, être parent est un privilège sans égal, faisant entrer une personne dans une autre réalité. Cependant, certaines circonstances peuvent faire en sorte que la grossesse soit un calvaire, et même un danger pouvant être fatal pour une femme. Parmi ces désagréments, la grossesse extra-utérine est loin d’être un cas isolé. C’est un phénomène qui se produit 2 fois sur 100, et des fois, sans que la femme ne soit au courant qu’elle est enceinte.

La grossesse extra-utérine

Comme le terme l’indique, la grossesse extra-utérine désigne la nidation d’un œuf fécondé en dehors de la cavité utérine, où il est censé s’implanter. Comme il s’agit d’un emplacement inapproprié, le futur fœtus aura des difficultés à se développer, ce qui va ensuite conduire à sa mort. Mais cette mort du fœtus va ensuite engendrer des conséquences aussi graves que désagréables pour la victime. Dans la plupart des cas, l’œuf fécondé s’implante et se développe dans une trompe de Fallope. Mais il peut également se placer sur un ovaire, dans la cavité abdominale ou encore dans le col de l’utérus. La grossesse extra-utérine doit être rapidement diagnostiquée et traitée. En effet, au fur et à mesure que l’œuf se développe, la paroi dans laquelle il se trouve va finir par rompre et provoquer des saignements ainsi que des douleurs. La grossesse extra-utérine peut provoquer une stérilité ultérieure ou même la mort si les mesures adéquates ne sont pas prises.

Les causes d’une grossesse extra-utérine

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine d’une grossesse extra-utérine. Pour en citer des exemples, on a pris quelques phénomènes qui sont le plus souvent désignés comme étant des facteurs favorisant la survenue de cette anomalie. Des antécédents d’infections gynécologiques peuvent par exemple augmenter les risques d’une grossesse extra-utérine. Il peut s’agir de maladies sexuellement transmissibles ou encore d’une infection pelvienne inflammatoire, ou encore d’une infection des trompes de Fallope. Les femmes ayant subi des interventions chirurgicales comme la ligature des trompes ou un avortement peuvent également être sujettes à ce phénomène. Le tabagisme, la malformation des trompes ou encore un âge élevé peuvent aussi favoriser la grossesse extra-utérine.

Les symptômes d’une grossesse extra-utérine

Comme lors d’une grossesse normale, la femme présente des signes précurseurs comme le retard des règles. Cependant, il arrive qu’une femme soit enceinte sans le savoir. D’autres signes peuvent tout de même l’alerter comme des douleurs dans le bas-ventre ; il s’agit généralement d’une douleur aiguë et constante sur un côté de l’abdomen. Cette douleur s’accompagne généralement de saignements vaginaux plus ou moins abondants. L’important volume de sang perdu va ensuite entraîner des étourdissements ou encore un évanouissement de la femme. Un examen gynécologique va alors permettre au médecin de confirmer s’il se trouve face à un cas de grossesse extra-utérine. Une échographie s’avère impérative puisque le test de grossesse peut ne pas être fiable.

Prévention et soins d’une grossesse extra-utérine

À ce jour, il n’existe aucune technique permettant de prévenir la grossesse extra-utérine. Malgré cela, les facteurs à risque peuvent être atténués. Avoir des relations sexuelles protégées peut contribuer à prévenir les maladies sexuellement transmissibles et d’autres infections génitales. Cela réduit considérablement les complications liées à la grossesse.

En ce qui concerne le traitement, il existe deux façons de traiter une grossesse extra-utérine.

  • Le traitement médicamenteux : si le diagnostic est précoce, le traitement par méthotrexate peut être envisagé. Ce traitement ne peut être effectué qu’en l’absence de contre-indications.
  •  L’intervention chirurgicale : à défaut de pouvoir réaliser un traitement médicamenteux, une intervention chirurgicale peut s’avérer obligatoire. La première technique consiste à faire une incision au niveau de la trompe et aspirer l’œuf fécondé afin de préserver la trompe. La seconde alternative est de rigueur si l’anomalie a atteint une forme aggravée. Dans cette situation, l’ablation de la trompe concernée est obligatoire. La femme verra ainsi ses chances de fertilité diminuer.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*