Entreprises Idf » Artisanat » 3 étapes à suivre pour apprendre facilement la peinture à l’huilepeinture à l'huile

3 étapes à suivre pour apprendre facilement la peinture à l’huile

Longtemps passionné par la peinture, vous souhaitez accomplir votre premier chef d’œuvre ? Vous aimez particulièrement la peinture à l’huile ? Et bien ! Cet article va sûrement vous intéresser puisque nous allons vous dévoiler les techniques pour apprendre rapidement cet œuvre artistique. Focus.

1- Rassembler le matériel nécessaire

Pas la peine de remuer ciel et terre pour trouver les outils indispensables à la réalisation de votre tout premier tableau. Vous pouvez facilement les dénicher dans un magasin dédié ou sur les plateformes en ligne. Si vous avez la possibilité de vous procurer un coffret prêt-à-l’emploi qui contient tout le matériel nécessaire, c’est bien. Vous pourrez ainsi faire ultérieurement un nombre plus élevé de tableaux. En revanche, si les moyens vous manquent, vous pourrez toujours acheter les éléments à l’unité. Les voici :

• des pinceaux à poils naturels et à poils synthétiques : 2 ronds et 2 plats + brosses au minimum ;

• des peintures à l’huile de qualité fines ou étude avec 7 couleurs de base (jaune de cadmium citron, ocre jaune, rouge de cadmium, alizarine cramoisie, bleu outremer, blanc de zinc, noir d’ivoire) et le blanc ;

• un support : cartons ou châssis entoilés, des toiles au mètre, ou un bloc de papier spécial huile/acrylique ;

• un médium à peintre standard de 75 ml au minimum (huile de pavot, huile de lin ou terpénoïde) ;

• un diluant : White Spirit ou essence de térébenthine ;

Vous aurez également besoin d’une palette jetable ou d’une assiette en plastique (matériau recyclable), d’un couteau, de vieux chiffons et de petits pots pour nettoyer les pinceaux. En option, vous pourrez aussi rajouter lors de l’achat un chevalet ou une table à dessin, un tablier, une bâche de protection et une grande boite pour ranger tout le matériel.

2- Se préparer

Une fois le matériel acquis, il est temps de préparer votre espace de travail. Choisissez un endroit bien aéré, c’est-à-dire qui dispose d’une fenêtre, voire d’un climatiseur qui permet d’accélérer le séchage de votre peinture. Cela vous évitera aussi l’inhalation forte du diluant et du médium, des produits nocifs à la santé. Déposez ensuite la bâche de protection sur le plancher afin de protéger ce dernier d’une éventuelle tache de peinture. Placez votre chevalet ou votre table à la hauteur adéquate puis mettez un tablier pour protéger vos habits. Si vous avez de longs cheveux, attachez-les pour éviter qu’ils tombent sur le tableau. Enlevez les bijoux sur vos mains : bagues et bracelets.

Pour la disposition du matériel, placez les pinceaux, la palette et le médium à côté de votre main de travail (main droite ou main gauche). Versez une petite quantité de couleurs de votre choix sur la palette. Il est mieux d’en rajouter en cas de manque plutôt que de gaspiller. Dans un récipient, versez une cuillère à soupe de médium dans lequel vous allez tremper le pinceau.

Astuce : Pour rendre plus souples vos pinceaux neufs, passez-les d’abord dans de l’eau tiède avant de les utiliser.

3- Se mettre à la peinture

D’abord, choisissez un sujet facile à dessiner. Cela peut être des natures mortes par exemple. Car une peinture véhicule un message et doit attirer l’attention du spectateur, le réalisme doit être de mise. Ainsi, veillez à ce que tous les éléments composant votre tableau soient cohérents (formes, lignes, angles, couleurs, lumières…). Si vous n’êtes pas sûr de réussir votre dessin au premier coup, vous pouvez effectuer une esquisse du sujet en utilisant un crayon, un fusain ou bien de l’huile ou de l’acrylique. Faites également usage de la technique de quadrillage ou du papier-calque si nécessaire.

Lorsque le dessin préliminaire est achevé, vous devez appliquer une couche préparatoire qui permettra à la peinture d’adhérer au support. Que vous choisissiez un fond coloré ou blanc, veillez à ce que la peinture soit bien diluée et de préférence de type acrylique.

Vient ensuite la pose des couches de couleurs qui doit passer par le jeu des zones d’ombre et de lumière. Commencez par remplir les grandes plages de couleur puis superposez les couleurs en respectant deux règles d’or :

• peindre « gras sur maigre », c’est-à-dire que la couche posée doit être plus diluée que la précédente et ainsi de suite.

• laisser suffisamment de temps pour que la peinture sèche avant l’application de la suivante.

Enfin, vous pouvez passer aux touches finales de votre chef d’œuvre lorsque tous les éléments sont là. C’est le moment où vous affinerez votre travail et ajusterez les ombres et les lumières. À noter qu’il faut utiliser de la peinture non diluée dans cette étape. Aussi, évitez de faire des modifications trop profondes au risque de changer toutes les teintes.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*