Entreprises Idf » Travaux » Les 6 méthodes de démolition en maçonnerieDémolition

Les 6 méthodes de démolition en maçonnerie

Pour des raisons de sécurité ou pour le besoin d’une construction, le propriétaire peut être amené à procéder à la démolition d’un bâtiment. Pour ne pas affecter le voisinage, la déconstruction demande une technique précise qui varie selon l’emplacement du bâtiment, sa hauteur et les matériaux de construction. On distingue plusieurs techniques de démolition, dont la technique manuelle, mécanique et automatique.

Le dérasement

Le dérasement consiste à abattre un ouvrage depuis son sommet. Il est adopté pour détruire les hautes constructions comme les tours, les clochers d’église et les murailles. Il est également utilisé pour abaisser la hauteur d’une construction sans affecter les fondations. C’est le cas d’une rénovation partielle. De même, cette technique est nécessaire pour détruire un bâtiment localisé dans un emplacement étroit, afin de sécuriser ses entourages avec la chute des pierres. De plus, sa mise en œuvre se fait manuellement à l’aide des masses et des marteaux pneumatiques, des pinces à ferraille, des pinces à béton, d’échafaudage, d’une brise roche hydraulique, etc. Pour éviter les accidents, les lois imposent l’installation d’un plancher de travail lorsque le chantier est à hauteur de 6 mètres du sol.

Le sapement

Contrairement au dérasement, le sapement consiste à écrouler un ouvrage en attaquant en premier lieu sa fondation. Il a pour objectif de provoquer un effondrement afin de gagner du temps dans les travaux de démolition. Ainsi, cette technique est rapide, mais présente un danger pour les immeubles à proximité. Elle s’effectue manuellement à l’aide des mêmes équipements que pour le dérasement.

La technique de godet et du croc

C’est une méthode mécanique qui consiste à démolir un chantier à l’aide d’une grosse pince appelée  godet ou croc qu’on installe sur le bras mécanique d’un engin. On a recours à cette technique pour démolir une lourde construction qui résiste à la traction. Les murs porteurs et les maisons en béton sont des exemples. Ce type de mur est caractérisé par une large épaisseur allant de 15 cm. Par ailleurs, la technique de godet facilite le chargement des gravats directement dans une benne. Vous pouvez louer ce matériel dans une entreprise de location de benne.  De plus, la pelle à croc permet de récupérer et de broyer un bloc bétonné lorsqu’il tombe.

La méthode du Bulldozer

Une autre technique intéressante pour parvenir à la démolition est d’opter pour un bulldozer. Cet engin de chantier est doté d’une lame qu’on peut diriger dans tous les sens. Ainsi, ce dispositif exerce une pression sur les constructions pour provoquer un écroulement. De plus, les travaux de démolition et l’enlèvement des gravats se font en peu de temps. Cette méthode est pratique, mais ne peut être effectuée que pour les bâtiments à hauteur de 3 mètres minimum, car le bras du bulldozer est long.

La démolition à l’explosif

La démolition à l’explosif consiste à faire explosé directement un chantier pour pouvoir le ravager. Elle est rapide et très économique. Ce procédé est utilisé pour écrouler les bâtiments à hauteur de plus de 20 mètres. La démolition à l’explosif peut se faire de différentes manières dont les plus courants sont le foudroyage intérieur et la charnière. Par ailleurs, la prévision du risque et la mesure de sécurité doivent être prises avant l’explosion.

La démolition par découpage

La démolition par découpage est une destruction sur mesure à l’aide d’un sciage. Pour cela, différents équipements de découpage sont nécessaires. Par exemple, les matériaux les plus durs sont taillés avec les diamants synthétiques, tandis que les plus tendres sont fendus à l’aide des diamants sertis. Lorsqu’il s’agit d’un ouvrage immergé, on procède à l’hydro-démolition ou à l’utilisation de scies au sol. Ces matériaux permettent un découpage précis et ne génère aucune vibration.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*