Entreprises Idf » Santé » Quelle activité sportive pour un enfant autiste ?sport pour enfant autiste

Quelle activité sportive pour un enfant autiste ?

Le sport est un ensemble d’activités qui permet de développer plusieurs aspects d’un individu, tant sur le plan personnel que social. En effet, pratiquer une activité sportive permet à la fois de renforcer les facultés physiques et de développer certaines aptitudes par le biais de l’interaction avec autrui. Si le sport est fait pour que tout le monde le pratique, certaines catégories de personnes éprouvent beaucoup de mal à y prendre part, non parce qu’elles ne peuvent pas, mais parce que leur maladie les en empêche. C’est notamment le cas des enfants autistes, pour qui le sport et toute autre activité sociale s’avèrent particulièrement irréalisables.

Qu’est-ce qu’un enfant autiste ?

Un enfant autiste est un enfant souffrant d’un trouble du neurodéveloppement. Il s’agit d’une altération du cerveau, ayant pour conséquence d’altérer le langage, la motricité, la perception, les émotions et les interactions sociales. Ainsi, un enfant autiste aura généralement une mauvaise capacité d’anticipation et d’attention, il va également éprouver de la difficulté à réaliser correctement certains gestes. Il a une sensibilité soit aiguë soit réduite par rapport à la moyenne des gens. Il peut également éprouver une certaine difficulté à communiquer avec les autres et va avoir des comportements différents, ainsi qu’une autre vision de la réalité, ce qui le pousse à s’enfermer dans sa propre bulle et à s’intéresser à d’autres choses dont lui seul peut comprendre. Depuis 1996, l’autisme est officiellement reconnu comme étant un handicap.

Pourquoi les enfants autistes doivent faire du sport ?

Bien qu’ils soient considérés comme étant des individus à part, les enfants autistes sont généralement des individus en pleine possession de leurs facultés physiques. Ils sont donc aptes à faire des activités sportives et sont en mesure de développer des facultés spécifiques comme tous les enfants de leur âge après une période d’apprentissage. Il faut juste trouver une activité bien adaptée et prendre le soin de trouver la meilleure façon de lui former à l’activité choisie. Pour cela, on doit prendre en considération le potentiel de l’enfant concerné et bien cerner ses centres d’intérêt afin de trouver une activité qui le motive.

Quel sport pour un enfant autiste ?

Comme tous les enfants de son âge, l’enfant autiste a le choix de choisir parmi une poignée de catégories de sport. Que ce soit un sport individuel ou collectif, tant que l’activité en question suffit à le captiver, c’est déjà important.

  •  L’aïkido

L’aïkido est un sport de contact qui exige une interaction avec autrui et demande un contrôle de soi. L’enfant autiste sera alors amené à se défendre et à canaliser sa propre énergie, ainsi que celle de son adversaire. L’aïkido demande également une grande vigilance, ce qui va mettre à l’épreuve la capacité d’attention de l’enfant.

  •  Le football

Le football n’est pas le sport le plus populaire du monde pour rien. En effet, il peut également servir de thérapie pour les enfants atteints d’autisme et peut les aider à vaincre, ou du moins à oublier leur trouble. Dès la première passe, l’enfant développe une certaine complicité avec son coéquipier en analysant son emplacement et en anticipant ses gestes. Le foot procure également des sensations particulières qui vont titiller les émotions de l’enfant autiste. Le foot demande une forte capacité de concentration et pousse souvent les joueurs à user de leur instinct à certains moments. Ce sport réunit des gens de toute catégorie et de toute origine, ce qui fait de lui un bon allié dans le traitement des problèmes relationnels de l’enfant autiste.

  •  L’équitation

L’équitation est un sport dans lequel l’enfant autiste est poussé à établir un lien spécifique avec le cheval. Il doit ainsi prendre en compte ses propres émotions et celles de l’animal afin de trouver une certaine forme d’équilibre. Le contact avec le cheval lui permet de mieux canaliser ses troubles et s’occuper de l’écurie et de l’animal lui impose une certaine forme de responsabilité. Cette activité est si efficace que des spécialistes l’appellent généralement l’équithérapie, qui signifie littéralement thérapie par le biais de l’équitation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*